Le yoga de la nutrition

Le « Hrani yoga » ou yoga de la nutrition nous invite à une pratique spirituelle de l'acte de manger. Il consiste à faire silence, à diriger notre attention sur la nourriture, à la considérer avec respect et reconnaissance comme un don d'amour que nous fait le Créateur à travers la nature. Cette pratique développe de nouvelles facultés mentales et affectives d'intuition, de concentration et de maîtrise.

Les repas offrent l’occasion d’acquérir de la maîtrise. - Coll. Izvor n° 204, chap. II, pp. 23-24

Chaque jour, deux ou trois fois par jour, lors des repas, nous avons tous l'occasion de faire un exercice de détente, de concentration, d'harmonisation de toutes nos cellules.
Si je vous demande de faire l'effort de manger dans le silence (non seulement ne pas parler, mais ne faire aucun bruit avec les couverts), en mastiquant longtemps chaque bouchée, en faisant de temps en temps quelques respirations profondes, mais surtout en vous concentrant sur la nourriture et en remerciant le Ciel pour toute cette richesse, c'est que ces exercices, tellement insignifiants en apparence, sont parmi les meilleurs pour acquérir la véritable maîtrise de soi. C'est la maîtrise de ces petites choses qui vous donnera la possibilité de maîtriser les grandes. Quand je vois quelqu'un qui est négligent et maladroit dans les petites choses, il est facile pour moi de savoir dans quel désordre il a vécu dans le passé et comment toutes ces déficiences vont se refléter négativement sur son avenir. Parce que tout est lié.

En évitant de manger à satiété, on renforce ses énergies. - Coll. Izvor, chap. VI, p. 63

Si vous terminez toujours vos repas rassasié, repu, vous allez vous alourdir, devenir somnolent, et vous n'aurez plus aucun élan vers la perfection. Tandis que si vous sortez de table avec un léger appétit, en ayant refusé les quelques petites bouchées dont vous aviez encore envie, le corps éthérique reçoit une impulsion pour aller chercher dans les régions supérieures des éléments qui combleront le vide ainsi laissé. Et quelques minutes plus tard, non seulement vous n'avez plus faim, mais vous vous sentez plus léger, plus capable de travailler, parce que ces éléments que le corps éthérique est allé chercher dans l'espace sont justement d'une qualité supérieure. Si vous mangez à satiété et même au-delà de vos besoins, par plaisir de manger comme le font tant de gens, vous ne serez en réalité jamais rassasié et vous allez provoquer en vous un déséquilibre.

La nutrition, une école d'intelligence et de délicatesse. Coll. Izvor, chap. II, p. 27 >

Voulez-vous développer votre intelligence ?... Eh bien, vous en avez l'occasion chaque fois que vous voulez vous servir des objets qui sont sur la table. Essayez de les prendre et de les poser sans les heurter, sans rien bousculer à côté : c'est là un bon exercice d'attention, de prévoyance. Quand je vois comment les gens heurtent leurs couverts ou les laissent tomber, je sais déjà les défauts de leur intelligence. Ils ont beau être diplômés de plusieurs universités, je trouve qu'ils ont encore de grandes lacunes (...)
On veut supposons déplacer un verre, mais on n'a pas vu à quelle distance il était, devant ou derrière un autre objet, et toc ! on le heurte. C'est un tout petit détail, mais il révèle un défaut qui va se manifester en beaucoup plus grand dans la vie. Ces petites maladresses pendant les repas annoncent que, dans la vie courante, certains feront beaucoup de dégâts. Elles sont l'indice qu'il leur manque une certaine attention intérieure, et on peut voir déjà sur une petite échelle ce qu'ils feront dans les événements importants de l'existence : comment ils parleront et agiront sans attention, en bousculant les autres, en les heurtant, et ils mettront des années à réparer leurs gaffes et à souffrir.